AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

The Lost Boys - ft. Killian & Camille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Cap'tain Hook
Pommes : 310
Né(e) le : 01/04/2014

MessageSujet: The Lost Boys - ft. Killian & Camille Mer 28 Mai - 14:38



The Lost Boys


~ feat. Killian Jones & Camille Johnson ~






- Beal ! Gamin... n... non ! Reviens !

Un seau d'eau se renversa sur son visage. Le pirate se redressa subitement, des perles d'eau et de sueur mêlées sur son front.

- Capitaine, vous allez bien ?

Jones regarda son matelot d'un regard noir et se redressa en agrippant son crochet au veston du coupable. Le vêtement se déchira mais Langue de Bois ne grogna pas. Il sentit son capitaine lui arracher le seau d'eau des mains et le jeter par-dessus bord. Il ne prit pas la peine de rétorquer et baissa les yeux. Il savait que Jones se fâcherait au réveil, mais son cauchemar semblait si intense que tout l'équipage hésitait sur la manière d'agir face aux tourments du capitaine. Cela faisait déjà quelques jours, un peu plus d'une semaine visiblement, bien que le temps au Pays Imaginaire était inconstant, que Bealfire avait quitté Jolly. Depuis son départ, Hook accumulait les cauchemars à son sujet et ses hommes s'inquiétaient de plus en plus. Ils n'avaient jamais vu leur capitaine dans un tel état, depuis la mort de Milah. M. Mouche, le plus fidèle des moussaillons du navire, connaissait bien son capitaine. Il savait que derrière sa carapace de brute, se cachait un homme sensible. Son enfance n'avait sans doute pas été des plus heureuses puisqu'il n'en parlait jamais. Il était donc plus que probable que Killian ait en quelques sortes offert à Beal l'affection qu'il n'avait pas eu à son âge. Le déchirement avait été douloureux; le pirate n'avait visiblement pas encore refermer la plaie.

Killian Jones jeta la barque par dessus bord et sauta dedans à l'aide d'un cordage du mât principal. L'équipage regarda son capitaine quitter le navire et aperçut M. Mouche se pencher sur la rambarde :

- Voulez-vous être accompagné, Capitaine ?
- Apporte-moi la poussière de fée, camarade. Ca peut servir.

M. Mouche se laissa timidement glissé le long de la corde et atterrit finalement dans l'embarcation. Il déposa le petit flacon de poussière dans la paume du capitaine avant de demander :

- Où allons-nous, capitaine ?
- Juste un besoin d'prendre l'air. Ces matelots commencent sérieusement à me ronger l'oxygène. Cracha-t-il en ramant.

Mouche ne dit rien. Il appréciait ses camarades mais il sentait que depuis deux jours, ils agaçaient le capitaine. Lui, il savait comment s'y prendre face à Jones, mais les autres n'étaient que de grossiers marins qui ne se rendaient pas compte de leurs actes. Le capitaine Crochet n'hésiterait pas à en jeter plus d'un par-dessus bord s'ils l'offusqueraient trop.

- A vrai dire, j'espère surtout trouver une solution.
- Une solution, capitaine ?
- Nous sommes ici depuis trop longtemps, il faut vraiment trouver un moyen de partir d'ici. Je pense qu'il est temps que nous rentrions, tous les deux.

Le matelot renfonça son gras bonnet rouge et fit mine de ne pas avoir entendu la fin de la phrase du pirate. Peut-être prononçait-il ces mots sur le coup de la colère ? L'équipage était seulement inquiet de voir le capitaine perdre ses moyens ; le seau d'eau n'était qu'une façon de le sortir de ses hantises... Oui, mais ce seau d'eau avait sans doute fait déborder le vase. Killian n'avait pas besoin qu'une bande de marins incapables viennent l'étouffer davantage. Il avait besoin d'être seul dans ces moments, le temps de refermer ses blessures.  Le temps, le temps... Hook en avait assez du temps. Le Pays Imaginaire était une horloge constamment déréglée. Les nuits pouvaient être interminables comme les journées très brèves. Les heures ne se calculaient plus au compas et encore moins grâce à la trajectoire du soleil. En revanche, les deux étoiles qui scintillaient au coin du ciel pouvaient être un repaire. A force d'errer dans ce pays, le pirate avait remarqué que plus les étoiles s'illuminaient, plus la nuit serait longue. Cette nuit, les étoiles ne se distinguaient presque plus et le ciel commençait progressivement à se ternir. Le bleu nuit se grisait, des nuages blanchâtres devenaient progressivement perceptibles à l’œil nu. Le jour s'apprêtait à se lever. Enfin.



*
*              *



- Mouche, bon sang, dépêche-toi !

Killian s'arrêta, les jambes encore pliées prêtes à se relancer. Le dodu matelot retenait le bonnet rouge sur sa tête d'une main. Sa course ressemblait à une série de sauts de lapin ratés. Il s'apprêtait à lui répondre mais ses mots lui firent arrachés sous le poids du capitaine qui se jeta sur lui.

- Humpf, Capi...

Avachi sur lui, Hook étouffait la bouche du matelot en lui enfonçant son bonnet dans le palais. Un trio de jeunes adolescents traversa les hautes herbes, sans les apercevoir. Le pirate attendit quelques minutes avant de se redresser. Les enfants perdus étaient déjà loin. Mouche se redressa en dépoussiérant son bonnet, reprenant son souffle, crachant les poils de laine égarés dans sa bouche.

- On l'a échappé bel...

Il s'arrêta en arrachant un nouveau fil de laine collé sur sa langue et aperçu son capitaine tendre l'oreille. Il fit de même en déposant son bonnet sur sa tête. On entendait un bruit. Une sorte de mélodie. Un son. Un instrument. Le matelot repensa au gamin qui fredonnait souvent différents airs sur le pont, au réveil. Mouche remua la tête pour dissoudre ces souvenirs et se rendit compte que le capitaine Crochet n'était plus là. Il quitta le banc de hautes herbes et s'avança en sautillant vers le rivage au loin, où il distinguait le long manteau du pirate remuer au vent.  



- Beal ?! Criait Killian en courant vers le sable.

Un sourire se dessinait sur son visage, le premier depuis plusieurs jours. Alors qu'il courrait à toute vitesse, il manqua de trébucher de joie à plusieurs reprises. Ses yeux s’humidifiaient, et ce n'était pas la cause du vent qui lui brutalisait le visage. Cependant, ses lèvres se refermaient progressivement au fur et à mesure que les mètres qui séparaient le pirate du garçon diminuaient. Le jeune s'était monté une sorte de petit campement, sur le sable poussiéreux, près de l'eau. Effectivement, il y avait bien une mélodie, mais ce n'était pas l'un des murmures entraînant de Bealfire. C'était un instrument. Une guitare.  Killian s'arrêta net, à quelques mètres du petit campement.

Ce n'était pas Bealfire.



_________________
"‡his is the web, web that you weave. I'm gonna make you bad. Infect me with your sick l×ve.".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/a.ouzeneauphotographie.fr?ref=hl

The Lost Boys - ft. Killian & Camille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» The Lost Boys : The thirst (Generation perdue 3)
» Lost Boys 4 !!!!!!
» The Lost Boys 2: The Tribe (2008, P.J. Pesce)
» Lost Boys remake
» Lost Boys: The Thirst (2010, Dario Piana)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forbidden Fruit :: The Fairytales Lands :: Neverland-