AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Pause diner [Phoebus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Pause diner [Phoebus] Jeu 1 Mai - 13:03

Midi, j'ai faim. Et vu que cet après midi je n'ai pas de cours avant 15h j'ai largement le temps de me poser et de déjeuner. Alors rien de mieux qu'aller chez Granny, en même temps il n'y a pas beaucoup d'autres endroits pour manger ici à Storybrooke. Alors j'ai demandé un plat de spaghettis et je me suis installé au bar pour manger. À cette heure là il n'y a encore pas grand monde mais ça devrait pas tarder. Je n'ai jamais vu le Diner vide depuis la malédiction, autant avant qu'elle soit brisé que maintenant. Le temps d'être servit je sortis mes cours pour bosser un peu. C'est pas parce que j'ai du temps que je dois le gaspiller. Je sais même pas ce que je fous en faculté, étudiant en médecine quelle blague. Pourquoi j'aiderais des gens? Après tout moi on m'a jamais aidé quand j'en avais besoin. Hormis Rumplestiltskin peut être et encore il m'a pas aidé gratuitement, je sais qu'un jour je devrais payer un prix pour qu'il m'ait fait don de la magie et qu'il m'ait appris à m'en servir. Et voila le résultat, je suis un pauvre gamin perdu, sans coeur, qui vit au jour le jour sans avoir de but dans sa vie.

J'ai fais un sourire à Ruby quand elle m'a amené mon assiette et je l'ai remercié. J'ai beau ne pas avoir de coeur je peux encore être agréable avec les gens. Et puis Ruby est adorable. Je vois pas comment on peut être méchant avec une fille comme ça. La porte s'ouvre. Je me tourne, un homme entre. Phoebus de son vrai nom, adjoint du sherif ici. C'est vraiment impressionnant l'effet qu'on les petites villes. Même si on ne s'ai jamais rencontré vraiment et qu'on ne s'ai jamais parlé on peut connaitre des gens de vue et de nom. Je retourne à mon assiette alors qu'il s'installe pour commander aussi. Et moi je continue de me battre avec mes spaghettis au point d'en faire sauter sur mes notes de cours. Eh merde... Je dégage tout ça et je nettoie mes notes avec ma serviette en jurant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Il était une fois...
Pommes : 29
Né(e) le : 30/04/2014

MessageSujet: Re: Pause diner [Phoebus] Jeu 1 Mai - 14:39

Camille & Phoebus # It's a beautiful day

On pourrait presque croire que la malédiction est encore là, avec toute sa monotonie. A la différence que cette monotonie est agréable. On ne se sent plus mal à l'aise, incomplets, bloqués dans un quotidien ronflant et mal huilé. Je le sais parce qu'il s'est produit plus de choses en l'espace de quelques mois qu'en vingt-huit longues années. En bref, j'ai vraiment commencé à avoir du travail, au lieu de rester toute la journée dans le bureau morne et silencieux. Maintenant, une blonde explosive s'y agite, des gens passent derrière les barreaux plus vite qu'il ne faut pour le dire et j'ai bien peur que la ville se détruise à vitesse éclaire. L'horloge fonctionne, les souvenirs sont revenus. Tous les souvenirs. Adieu Damien, le paresseux policier malheureux dans son couple. Aujourd'hui, Phoebus est bel et bien de retour, mais il garde le coeur brisé.
Et il devrait sincèrement arrêter de parler de lui à la troisième personne. Bref, si je dis qu'aujourd'hui on pourrait presque croire que la malédiction est encore là, c'est qu'il ne se passe rien d'anormal et je pense que ce calme profite à tous. Emma passe du temps avec sa famille nouvellement retrouvée tandis que je fais le deuil de la mienne en me concentrant sur le travail. Malheureusement, je n'ai été appelé que pour un gamin qui roulait en scooter sans casque ce matin. Autant dire que je m'ennuie ferme. C'est cet ennui qui m'a poussé à retourner à de bonnes habitudes, le genre d'endroit et d'activité qui n'a pas changé d'un iota, malédiction ou non : le repas de midi au Diner de Chez Granny. Sûr, simple, réconfortant.

Je rentre, le restaurant commence tout juste à se remplir. Je m'assoie à ma place habituelle et salue la plupart des habitués. Ils sont tous comme moi, sans doute, à vouloir retrouver le bonheur, courir après un "Happy End" volé pendant tout ce temps en restant pourtant accroché à leurs habitudes. Je reste confiant, éternel optimiste quant à cette possibilité, mais rien n'est jamais facile, que ce soit dans ce monde là ou dans un autre.

Un accès de jurons me fait me retourner. C'est un gars à peine plus jeune que moi, un étudiant sans doute vue les piles de feuilles à bachoter devant lui. Je me lève, fait signe à Granny de m'apporter mes lasagnes là-bas et m'assoie en face de lui en ramassant quelques uns des papiers tombés au sol.

- Ca va, je dérange pas ?
©clever love.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pause diner [Phoebus] Jeu 1 Mai - 15:29

Ouais j'ai le juron facile quand je fais plusieurs choses à la fois et que quelque chose ne marche pas correctement. J'ai un peu le sang chaud. Et plus j'essaye de faire vite plus je me plante du coup en plus de manquer d'envoyer mon assiette par terre c'est mes notes qui se sont envolées. Je récupère plusieurs feuilles au sol alors qu'une main tendue m'en apportait d'autres, je relève les yeux et vit l'adjoint du shérif. Je lui offris un sourire et repris mes feuilles tâchées. Je le remerciais et m'installa à nouveau à ma place alors que l'homme prit place en face de moi. Mon regard croisa le sien alors qu'il me demandait s'il me dérangeait. Mon sourire se fit un peu plus discret, plus gêné. Je ne sais pas ce qui m'a fait cet effet. Pour tout dire ça me rappelle un peu ce chasseur que j'avais connu dans la forêt enchanté, celui qui m'a fait me retirer mon propre coeur pour ne plus ressentir la douleur de l'amour non réciproque que j'avais pour lui. Celui là même qui était shérif lors de l'arrivée d'Emma Swan à Storybrooke. Si à l'époque je ne pouvais pas me souvenir qu'il s'agissait de lui, maintenant je me souviens et ça me peine un peu même sans mon coeur. Je répondis à Phoebus en me montrant le plus agréable possible.

-Ça va, merci pour votre aide. Et vous ne me gênez pas.

Ruby amena l'assiette du blondinet avant de repartir. Des lasagnes? Tiens à croire qu’aujourd’hui on se la joue à l'italienne pour le déjeuner tout les deux. Cette idée me fit sourire. Je continuais mon repas alors que mon voisin de table s'apprêtait à commencer le sien. Je gardais les yeux dans son regard. Quelque chose m'intriguait chez lui. Je sais pas trop quoi.

-Et vous? La matinée à été dure? Le Sherif Swan ne vous mène pas la vie dure?

Je ne connais pas beaucoup Emma Swan, en même temps je ne suis pas des plus sociables des habitants de la ville. On me connait plus de vue comme ça. Je ne m'entoure pas trop. Peut être que si j'avais mon coeur je me lâcherais un peu plus et je m'entourerais un peu plus d'amis. La vie est compliquée tout seul, mais dans ma vie je n'ai jamais vraiment eu beaucoup d'amis. C'est vrai qu'aujourd'hui j'aimerais m'entourer un petit peu. Me faire des amis. Et se montrer agréable peut aider je pense
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Il était une fois...
Pommes : 29
Né(e) le : 30/04/2014

MessageSujet: Re: Pause diner [Phoebus] Dim 4 Mai - 20:35

Camille & Phoebus # It's a beautiful day

Poli, et je ne me fais pas virer, histoire de retourner manger seul au bar. Depuis la fin de la malédiction, seul les orgueilleux refusent de la compagnie pendant les repas trop monotones qui nous font mariner à tout ce que nous avions oublié et qui revient -pour le plus grand bonheur ou pour le plus grand malheur des gens, parfois. Pour ma part, j'ai l'impression que rien n'a changé dans ma situation, mis à part avoir deux mondes dans ma tête, les deux où j'ai vécu et où se sont répétés très scrupuleusement les même schémas. Je dois au moins reconnaitre cela à la Reine, elle ne m'a pas retiré ma Happy End, ne m'a pas enfoncé dans ma situation -ne l'a pas amélioré non plus, restons sérieux- mais m'a laissé à un même point incertain, comme perché en équilibre précaire sur une balance, celle-ci menaçant de tomber d'un côté ou d'un autre sans que je sois capable de savoir ce que je préfère entre Charybde et Scylla. Maintenant que j'avais fait mon choix -que nous avions fait notre choix- il était temps de se permettre de revivre, et rester seul à manger mes lasagnes ne va pas dans ce sens.
On ne s'aimait pas tous, les contes de fées de ce monde sont sans doute trop manichéens sur ce point, nous ne sommes pas le monde des bisounours, nous venons seulement d'un monde où tout est possible, et la nuance est forte. Cependant, tant qu'on arrive avec le sourire vers des gens qui n'ont pas l'air de maudire le monde entier -et non, les jurons ne comptent pas, au contraire ils m'ont amusé, d'où mon invasion- il y a des chances de se sentir moins seul, un instant. Encore plus quand on a une plaque du bureau du shérif sur sa veste et qu'on arrive avec mon aplomb et mon charisme habituel. Hum, je m'égare ?
Je me permets de jeter un coup d'oeil sur le contenu des feuilles en en écartant quelques unes pour ne pas les salir quand mon plat arrive. Je hausse un sourcil et fait une moue exagérée devant les gribouillis et les mots incompréhensibles sur les fiches du jeune homme.

- Il y a tellement de choses à apprendre que le jour où tu en auras trop dans le crâne, il suffira de secouer la tête un instant pour que tout s’éparpille et s'envole, je comment avec un sourire blagueur.

Sa question me fait rire, vous savez, le genre de rire étouffé, presque un souffle, la bouche fermé et les épaules qui s'haussent juste après une esquisse fugace de sourire en coin. J'étais jusqu'alors les yeux plongés dans mon plat et c'est la bouche pleine que je relève les yeux vers lui pour lui répondre. Une fois en capacité de répondre, je m'essuie la bouche négligemment d'un revers de la main avec tous les clichés d'une culture terrienne qui a été la mienne pendant la malédiction portant sur les policiers qui me reviennent. Je soupire intérieurement, il va vraiment falloir que je me surveille, je ne peux me permettre de passer pour un balourd fainéant qui mange salement, mon égo et mon corps n'y survivraient pas.

- Le Shérif Swan est... originale, dans son genre. Téméraire mais un peu tête brulée aussi. M'enfin, maintenant qu'elle nous a tous sauvé, on croirait venir le Messie...

Du moins ce n'est pas l'impression que elle donne, mais c'est l'impression qu'on ressent quand on croise des personnes lambdas dans la ville.

- Sinon, pas du tout. Et la matinée a été...

Je m'interromps, me redresse un instant, prend un air d'extase convaincu pour donner l'impression que j'ai encore quelque chose de transcendant à dire avant de me pencher légèrement en avant sur un air de conspiration.

- ...d'un ennui profond, je finis pas souffler, dépité.

Un jour, je me suis dis que je devrais arrêter de faire des blagues faciles, arrêter d'être persuadé que mon flegme était drôle. Puis je me suis recouché, le lendemain c'était passé.
Je repioche dans mon repas.

- Et toi, des examens qui arrivent ?
©clever love.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pause diner [Phoebus] Mar 6 Mai - 16:49

Je me mis à rire doucement à la blague de Phoebus avant de le regarder avec un sourire. Il était amusant, gentil et beau. Un tiercé gagnant pour être intéressant. Je mangeais moi aussi de mon côté entre deux sujets de discutions. Heureusement que j'avais du temps pour ça avant de reprendre mes cours. Ma question quant à Emma Swan le fit rire lui aussi, au point qu'il faillit s'étouffer. Sur le coup je me suis demandé si j'allais pas devoir user de magie pour le libérer et éviter qu'il meure étouffé bêtement. Je l'écoutais me répondre. Je ne pouvais pas lâcher son regard des yeux. Quelque chose en lui me laissait cet impression que je devais le fixer. Comme s'il cherchait à m'hypnotiser. Le pauvre semblait passer une sale matinée en tout cas. Il m'avoua s'être ennuyé tout le début de la journée. Il semblait dépité, il soufflait. Je le comprenais, les cours à la fac ne m'enchantaient pas toujours non plus. La reine, dans sa malédiction, m'avait envoyé en cours à l'Université de Storybrooke. Etudiant en médecine. Quel imbécillité. Je soufflais aussi en retombant dans mes notes alors que Phoebus lui s'était remit à manger. Il finit par briser le silence en me demandant si j'avais des examens. Je relevais les yeux vers lui et eut un sourire triste, montrant ma joie de devoir réviser.

-Ouais... c'est pour bientôt. Dans ce monde j'étais Etudiant en médecine à la fac. Je sais même pas pourquoi j'ai été mis là dedans pendant la malédiction. Mais je me dis que tant que j'y suis autant continuer. C'est pas parce que c'était pas mon truc avant que ça peut pas le devenir... enfin je crois.

J'eus un léger rire. C'est sûr que je peux continuer mais je peux aussi arrêter. Après tout à quoi ça sert d'étudier la médecine alors que je peux user de magie pour guérir les gens d'un revers de main? En même temps ça ne peut pas me faire de mal d'essayer de vivre un peu normalement. Comme un humain quoi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Il était une fois...
Pommes : 29
Né(e) le : 30/04/2014

MessageSujet: Re: Pause diner [Phoebus] Mer 7 Mai - 8:59

Camille & Phoebus # It's a beautiful day


Oh, la médecine. C'était donc cela ces signes et ces mots tous plus incompréhensibles les uns que les autres. J'ai beaucoup de respect et d'admiration pour ceux de cette profession, ils ont le mérite de se donner corps et âme pour sauver des vies, et tout ca avec beaucoup beaucoup -parfois trop, parfois pas assez- d'information dans le crâne. J'ai même quelques amis qui travaillent à l’hôpital, à force de leur ramener des cas -certes minimes- dans leurs urgences. Cependant, je dois aussi avouer que je n'aime pas l'hopital, moins je vois le corps médical et mieux je me porte. Je ne sais pas, peut-être parce que ce qu'ils représentent fait peur, peut-être parce que je suis assez égoïste pour m'épargner le moindre mal, mais aller là-bas me met mal à l'aise.
Je ne suis pas quelqu'un de particulièrement stupide, ou même particulièrement brillant. Je suis vif et intuitif, ca me suffit. J'ai essayé une fois de me plonger dans des disciplines peut-être plus hautes d'esprit que gardien d'ordre, il faut dire que j'ai vite abandonné. Je préfère passer des heures à courir ou à m'entrainer à l'escrime plutôt que potasser des livres assommants.
J'écoute sa réponse, hausse les épaules puis ajoute un clin d'oeil motivateur pour contredire sa mine dépitée.

- Vu qu'on est pas près de pouvoir rentrer chez nous, tu as le temps d'essayer, de te tromper, de recommencer et de te tromper encore.

J'ouvre grand mon bras pour accompagner mes propos, la fourchette encore dans la main, celle-ci que je ramène vite sur mon assiette avant qu'il me goutte quelque chose sur les affaires du jeune étudiant. "Humpf", je hoquète. Je regarde mon interlocuteur et remarque qu'il ne me lâche pas des yeux. Cela peut paraitre normal dans une conversation, mais je suis un peu gêné et je fronce les sourcils, mal à l'aise. Cependant je ne perds pas mon aplomb et écarte cette gène passagère. Phoebus de Chateaupers n'allait quand même pas laisser savoir qu'il pouvait être déstabilisé !

- Pour ce qui est de la médecine, je crois qu'on va en avoir besoin plus que jamais, ici dans un monde normalement sans magie et avec les emmerdes qui risques encore de nous tomber dessus.

Je parlais en connaissance de cause, j'avais bien vu tout ce qui s'était produit depuis l'arrivée du shérif dans la ville. Elle avait amené beaucoup de choses avec elle, la possibilité d'un futur, mais aussi un lot de catastrophes assez exorbitants. Ce n'était vraiment pas pour me déplaire, d'ailleurs. Sans doute étions nous tous deux un peu irresponsable pour gérer la sécurité de la ville, mais qu'importe ? Les fins heureuses arriveront bien un jour.
J'étire mes bras et mon dos et esquisse un sourire enjoué.

- M'enfin, je ne me plains pas. Un peu d'action, il était temps !
©clever love.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pause diner [Phoebus] Jeu 8 Mai - 11:42

Phoebus est quelqu'un d'amusant, de théâtral même!. Il a réussi à me faire sourire, moi qui n'ait plus de coeur. Je baissais le regard, j'ai vu qu'il a remarqué que je n'arrêtais pas de le regarder. Je veux pas le déstabiliser ou le mettre mal à l'aise. Pour une fois qu'on me parle facilement ici ça serait bête de me mettre quelqu'un de gentil à dos. De plus en tant qu'adjoint du shérif je peux avoir besoin de son aide. Cependant sa remarque sur mes chances de succès à mon examen me fit rire. Je relevais les yeux et prit un air faussement interpellé.

-Eh bien... merci pour ta confiance en mes capacités....

Je finis par rire, et dire que je me mettais à plaisanter. Aussi loin que je me souvienne je n'avais jamais vraiment été un grand plaisantin. C'était un peu nouveau pour moi. Mais en même temps je pense que c'était facile comme plaisanterie. Je gardais mon sourire et continuais à alterner entre mon plat et mes cours. Phoebus me dit qu'il pensait qu'on aurait besoin de médecins à cause de ce qui risquait d'arriver encore en ville. C'est sûr que ces derniers temps ont été durs pour nous. Mais maintenant que nous savons qui nous sommes et que la malédiction à été brisé on a déjà l'avantage d'être nous mêmes. Encore que ma vie n'a pas beaucoup changé pendant la malédiction, j'étais juste devenu un étudiant solitaire qui vivait dans un petit appartement. L'adjoint du shérif disait ne pas se plaindre qu'un peu d'action finisse par arriver. Je le regardais à nouveau, c'était un homme d'action c'est sûr. Mais pour une raison que je ne m'expliquais pas sa remarque m'a touché. Je me suis presque inquiété pour tout dire. Et je le lui ai fais savoir.

-Ne te met pas en danger non plus. On a déjà perdu le shérif Graham ça serait dommage de te perdre aussi.

Le shérif Graham, ça m'a fait bizarre de l'appeler comme ça. Le prédécesseur d'Emma, le chasseur de la reine. C'est lui qui m'a brisé le coeur lors de notre ancienne vie. Je l'avais aimé, et ici aussi. C'était un peu ma punition à moi à Storybrooke. Je me souviens avoir été très touché le jour de l'annonce de sa mort. Pourtant aujourd'hui quand j'y repense en étant moi je me dis que ça ne me touche pas tant que ça. Je pense que maintenant que je me souviens ce qu'il m'a fait m'empêche d'être vraiment triste de sa mort. Ou alors c'est mon absence de coeur, mais alors d'où vient cette inquiétude pour Phoebus?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Il était une fois...
Pommes : 29
Né(e) le : 30/04/2014

MessageSujet: Re: Pause diner [Phoebus] Lun 12 Mai - 12:19

Camille & Phoebus # It's a beautiful day


Ca y est, j'ai enfin l'impression d'avoir fait ma bonne action de la journée tandis que le jeune étudiant plaisante ironiquement et ris devant moi. Je me contente de hausser les épaules à sa remarque, éludant ostensiblement son reproche. En réalité, pour un "midi où tu squattes le premier solitaire qui vient", je trouve que je m'en sors bien, c'est moins distendu que d'habitude. Sans doute que je manque de subtilité, sans doute que je peux paraître un peu balourd, sans doute que mon humour est parfois facile, mais je suis ainsi et j'ai une grande tendance à imposer ce que je suis aux autres à coup de burin et de marteau même quand ils n'en ont pas envie. C'est comme ca que je m'occupe, surtout après des matins comme aujourd'hui.

Me mettre en danger ? Me mettre en danger ?
C'est bien la première fois que quelqu'un s'inquiète de savoir si je pouvais ou pas me retrouver dans des situations un peu... compliquées. En la Forêt Enchantée où les gardes tels que moi paraissaient "interchangeables, identiques", un peu comme des clones utilisables à loisirs et sans personnalité ou soi propre ; et la malédiction durant laquelle rien n'arrivait, durant laquelle rien ne se modifiait jamais, cette notion protectrice était novatrice. J'hésite un instant entre écouter mon égo qui veut, sous couvert de plaisanterie, se vanter exagérément -trop exagérément à mon goût, pour une fois- en affirmant qu'il ne fallait pas s'inquiéter pour un homme puissant tel que moi ; ou être surpris agréablement, me permettant de trouver plaisant qu'on se soucia de moi, à défaut qu'il puisse vraiment tenir à moi -après tout, je le connais à peine.
Trouvant décidément la première option déplacée, mal venue et de mauvais goût, la seconde s'impose et c'est moi qui, un instant durant, n'a pu détacher mes yeux de lui. Évidemment, la deuxième partie de la phrase en étant grandement la cause.
Graham
Je déglutis ma dernière bouchée. Graham était mon ami, et j'en ai voulu à Emma lorsqu'il est mort. A tort, certes, mais cette rancune a pris son temps à partir. Mais c'est curieux que cet étudiant en parle, je ne me souviens pas que quiconque depuis la fin de la malédiction parle beaucoup de l'ancien shérif, alors que le premier sujet des conversations est Emma, ou Regina. Mais lui, si, et pourtant je suis persuadé qu'il ne connaissait pas Graham, du moins pas pendant la malédiction, je ne l'avais jamais vu. Bon, certes je ne savais pas tout de la vie du chasseur, notamment ses virées nocturnes avec la méchante reine (ô horreur), mais tout de même.

- Merci, je marmonne maladroitement. Je pense malheureusement que dans ceux qui travaillent au bureau du shérif, je suis loin d'être le premier sur la liste de ceux qu'on veut tuer... Sauf peut-être par les parents de tous les insectes que j'ai eu le malheur d'écraser ?

Ma note d'humour finale sonne un peu faux, mais je me retiens de soupirer. Assez de soupire, assez d'accablement et de regrets. Ne voulais-je pas passer une bonne journée, une vraie journée qu'on réapprend à apprécier ?

- Je m'appelle Phoebus, pour info.

Peut-être le savait-il déjà, m'ayant identifié dès le départ comme l'adjoint du shérif. Mais depuis quand suis-je défini par ma simple fonction ?
©clever love.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pause diner [Phoebus] Lun 12 Mai - 16:41

Pourquoi je me souciais de sa sécurité? Je sais pas, je ne le connais pas et je n'ai jamais été soucieux de la sécurité de qui que ce soit par le passé, pas même la mienne. Peut être que de par sa fonction à Storybrooke je retrouvais un peu Graham. Peut être que je n'ai pas tant tourné la page que ça et que maintenant je faisais un léger transfert sur lui. Sans coeur? Je devrais peut être aller voir quelqu'un pour en parler. Mais qui? Rumpelstiltskin? Non il risquerait de se rappeler que je lui dois toujours une faveur, encore qu'il est bien assez grand pour me la demander de lui même je suis sûr qu'il n'a rien oublié. Mais j'ai vu que parler de Graham avait un peu étonné Phoebus, je ne vois pas pourquoi, après tout même si on ne parle plus beaucoup de lui maintenant nous l'avons tous connu. Certains même avant la malédiction. Mais je sortis de mes pensées lorsque notre adjoint du sherif se remit à plaisanter plus au moins finement. Il m'arracha tout de même un petit sourire. Quelque chose m'empêche quand même de me détendre entièrement je me sens presque anxieux. Je réfléchis trop. Ou pas assez vu que apparemment j'ai même pas été foutu de comprendre de moi même que les présentations avaient été aisément oubliées. Lorsque le blond se présenta j'eus envie de lui dire que je connaissais déjà son nom, merci la fonction qu'il occupe, mais je me suis tut. Après tout c'était pas juste, lui ne connaissait pas le mien. Ici on se connait tous plus ou moins, Storybrooke reste tout de même une petite ville mais quand même. Les gens comme moi passent assez aisément inaperçus tant qu'ils ne font pas de vagues. Et moi je compte pas en faire.

-Camille...

Je terminais mon assiette tout en repensant à Graham. Pourquoi d'un coup il me revenait en tête? Je pensais avoir fait le deuil de mes sentiments pour lui en même temps que le moment où je me suis moi même arraché le coeur. Pourtant maintenant je repense à lui et je me comporte comme si j'avais encore mon petit organe rouge dans la poitrine. Pourquoi? Je jetais un oeil à mes cours d'un air distrait, il y avait un léger malaise de mon coté n'importe qui pouvait comprendre en me voyant. La réponse ne se trouverait pas dans mes cours de médecine. Je devrais donc aller voir Monsieur Gold à sa boutique pour lui demander pourquoi je ressens les émotions de façon plus vive d'un coup? Est-ce ma magie qui déconne? Pourtant vu l'utilité que j'en fais je n'ai pas de quoi l'épuiser. La magie... quelle drôle de chose. Je me demandais ce qu'en pensait Phoebus tiens. Lui n'en a jamais utilisé, du moins je pense, il l'a surtout subit comme un peu tout le monde ici avec le sort noir. Alors qu'en penserait un non initié.

-Est-ce que... Qu'est-ce que tu pense de la magie Phoebus? Tu la trouves mauvaise? Tu en pense quoi?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Il était une fois...
Pommes : 29
Né(e) le : 30/04/2014

MessageSujet: Re: Pause diner [Phoebus] Sam 17 Mai - 19:32

Camille & Phoebus # It's a beautiful day


Je lui souris gaiment.

- Enchanté, je répond de manière enjoué.

Je l'imite et termine mon assiette. Je jette un coup d'oeil vers la porte, là où rentrent et sortent sans cesse des clients, ou même des serveurs. Il a commencé à faire beau dehors, pour une fois dans cette petite ville du Maine, tellement que certains ont décidé de profiter du soleil pour leur repas. J'ai toujours eu un rapport particulier au beau temps, et au soleil notamment. Que ce soit le fait de mon nom ou pas, je n'en sais rien. Mais là, avec les rayons qui percent à travers les persiennes de chez Granny's, c'est comme un réveil. Pour rendre certains de bonne humeur, il faut rassembler un ensemble de faits assez compliqués et très aléatoires, alliant pour la plupart du temps une bonne dose de sommeil, des gens agréables, une journée au calme et de la nourriture de qualité. Pour moi, c'est beaucoup plus simple. Un brin de soleil et rien ne m'atteint.
D'ailleurs, il pleuvait, le jour de "la" discussion avec Séra. Évidemment...

- La magie ? je répète par instant quand il me pose la question.

Je fais une moue un peu interloquée et confuse. Euh... rien ? c'est possible de répondre cela ? Non, sans doute pas, surtout pour quelqu'un qui vient de la forêt enchanté comme nous tous, surtout après les récents évènements. On n'a pas le droit d'ignorer la magie, plus depuis que la malédiction est levée. Et pour moi ca change quoi ? Rien, sans doute. La magie, je savais que ca existait, mais de loin, elle n'avait pas beaucoup de pouvoir et relevait plus d'un groupe de charlatant plutôt que de fées. Mais maintenant que tous les royaumes de la Forêt Enchanté sont mélangés, on ne s'y retrouve plus. La magie est partout, la magie est nulle part. Et on me rabâche sans arrêt qu'il y a de la "bonne" magie et de la "mauvaise" magie. De la blanche ou de la noire. Du bien et du mal. Je ne me crois pas naïf, mais pas plus savant que la majorité de cette ville, et pourtant cette affirmation manichéenne est conformément admise. C'est trop simple, trop simple. Tout comme les contes de la Terre qui racontent nos histoires. Les méchants perdent, les gentils gagnent. Point à la ligne. Je suis quoi, moi ? Dans l'autre monde, j'étais par mon statut un gentil qui est là pour protéger la population, mais on nous a donné l'ordre d'attaquer d'autres innocents parce qu'ils étaient étrangers. Par mon happy end ? J'ai gagné le coeur de la belle sauvage et je l'ai aimé en retour, et pour quoi, au final ? de la douleur et un échec.
Le monde n'est pas ainsi, la magie non plus.

- Je pense... que c'est comme ces croyances qui régissaient le royaume d'où je viens. Elles peuvent apporter aussi bien le bonheur et la confiance de certains que le malheur des autres. Il y a toujours un revers. La magie dépend de ce qu'on en fait, mais elle reste un moyen, et pas une fin. Un moyen, un outil, n'est pas mauvais ou bon. C'est juste un outil. Il peut être puissant, oui, mais il reste matériel, il ne dirigera jamais les vies.

Et bien, j'étais motivé moi aujourd'hui. Qui disait que je ne savais pas être sérieux ? Et pourtant, je n'ai pas dit ca sombrement, mais plutôt simplement, parce que je le pensais, et parce que parfois, j'aime à savoir que j'ai des choses intéressantes à dire, des points de vues qui ne sont pas une grande blague.
©clever love.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Pause diner [Phoebus] Mar 20 Mai - 18:19

Phoebus faisait preuve d'énormément de réflexion, aucune de ses réponses ne semblaient venir par hasard, il semblait dire exactement ce qu'il pensait. Et il semblait faire partie de ces gens qui ne voient pas la vie qu'en noir ou blanc, mais dans l'ensemble de toutes ses nuances. Et plus on discutait plus je sentais un intérêt naître pour lui. Phoebus, du nom d'un Dieu du soleil. Et justement j'avais l'impression d'une gravitation autour de lui. Comme s'il était véritablement un soleil. Surement de par son charisme naturel. Il me fit sourire. Il n'avait rien de spécial contre la magie. Tant mieux, il ne verrait surement aucun inconvénient à ce que je l'utilise. Il ne sait pas que je fais de la magie. Du moins je le pense. Mais si on venait à discuter une autre fois et qu'on devenait ami ou quelque chose comme ça il ne serait pas choqué d'apprendre que je fais partie de ces gens qui peuvent paraître ignoble juste parce que je sais faire quelques trucs. En tout cas quelque chose me plait chez lui. Surement ce coté soleil qu'il y a chez lui.

-Tu as raison, je sais que la magie, aussi noire qu'elle puisse être peut être utilisée pour faire le bien. Mais parfois... je pense que les gens souffrent tellement que la magie peut être leur seul moyen de supporter cette souffrance. Un peu à la façon d'un alcoolique ou d'un drogué dans ce monde qui plonge dans ces substances pour oublier leur peine. Je les comprends... C'est ce que j'ai fais moi aussi.

J'en venais à me confier à lui. Pourquoi? J'en sais rien. Mais j'avais envie de lui raconter une part de mon histoire. Je ne sais pas trop ce que je lui dirais vraiment. Mais je me sentais capable de lui parler.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Pause diner [Phoebus]

Revenir en haut Aller en bas

Pause diner [Phoebus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» pause café ; veronique Jannot
» Diner Spectacle Oriental Samedi 20 juin 2009
» Petite pause nostalgie
» Diner Spectacle samedi 26/09 à Evry
» Diner Spectacle 30euros Samedi 28 mars plusieurs artistes
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forbidden Fruit :: Storybrooke :: Commerces :: Granny's Diner-