AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

It's dark inside ✤ Catherine P.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: It's dark inside ✤ Catherine P. Ven 30 Mai - 22:14


IT'S DARK INSIDE
Catherine B. Parker ✤ Ligeia


Don't get too close


Au loin le soleil déclinait et, laissait dans le ciel une traînée dont la teinte rougeâtre faisait songer à une peau que l'on aurait trop longtemps gratté. La brise s'infiltrait à travers les tissus, soulevait les cheveux indomptables, apportant avec elle les effluves salines des bateaux paisiblement endormis. Seulement quelques rires, gras et amers, résonnaient entre les mats silencieux des navires. Là, perdus entre terre et mer, les marins noyaient leur ennui dans l’absinthe. Il y avait à travers ces visages striés par l'alcool, ces exclamations éhontées, une certaine poésie que Ligeia n'aurait pu ignorer. Adossée contre le vieux bois moisie d'un entrepôt, elle subissait les assauts de son assaillant sans sourciller. Les yeux à demi-clos, comme s'il s'agissait là d'un semi-sommeil, elle n'entendait plus que la respiration erratique de l'être qui, entre ses cuisses, semblait perdre l'esprit. Parfois, quelques souffles lui échappaient, mais son corps s'était emmuré dans un mutisme dont les contours n'autorisaient que le néant. Pourtant, elle ouvrait et refermait sa bouche asséchée, cherchant sans doute à laisser enfin filtrer les mots qui, depuis trop longtemps, pourrissaient au creux de son estomac. Alors, elle releva son regard légèrement voilé vers ce ciel dont la rougeur répondait à la sienne. Avait-il honte, lui aussi, de n'être plus qu'un long manteau de velours insensible et insatiable ?
- Arrête..., souffla-t-elle finalement.
- N-non... Non attends... Je... ça...
Mais déjà l'ennui enserrait son âme. Ses prunelles bleutées et incisives plongèrent alors au creux des siennes. L'espace d'une fraction de seconde, le temps cessa son éternelle ronde. Il fixa l'instant, s'imprégna de cette sensation extatique et grisante, puis reprit sa course, sa fuite en avant.
- Recule, chantonna-t-elle
La pauvre marionnette n'eut d'autres choix que d'obéir à sa requête ; elle recula. Un sourire, désormais, carnassier étirait les lèvres rosées de Ligeia, tandis qu'elle s'approchait à son tour de cette malheureuse silhouette...

Dans l'obscurité qui, semblait s'abattre encore et encore sur Storybrooke comme un lourd couvercle d'encre noire, seule la voix de Ligeia résonnait, aussi douce et fragile que celle d'une petite fille. Quelques corps, çà et là, dessinaient sur le sol des arabesques ensanglantées autour desquelles elle s'enlisait à travers une danse illusoire. Les comptines de son enfance étaient, à cet instant, les seules berceuses capable d'apaiser les tressauts de son cœur ébène. Elle n'aurait su exprimer précisément la nature de cette émotion qui, semblait grignoter le moindre songe, le moindre souffle. Mais, quelque chose dans l'ombre guettait chacun de ses agissements. Son rire lézarda les murs, tandis qu'elle tournait sur elle-même, dans une spirale étourdissante et insensée.
- Montre, montre-toi, minauda-t-elle.
Elle plissa les yeux, cherchant sans doute à percer l'épaisse veloute blanchâtre que la mer recrachait continuellement.
- Je sais que tu es là...
Puis soudain, accompagnant la douceur de l’alizé, un parfum familier éveilla ses sens. Les yeux légèrement écarquillés, anticipant l'apparition qu'elle devinait secrètement, Ligeia se voûta vers l'avant. Sa silhouette mima une brève révérence ; intime et respectueuse.
- Vous...



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: It's dark inside ✤ Catherine P. Sam 31 Mai - 15:21

Les docks. Autrefois, c’était un petit coin paisible, un endroit où les familles aimaient se promener lors des beaux jours. Les enfants y mangeaient des glaces et courraient le long de la jetée. Mais depuis quelques temps, la vulgarité y avait fait son nid. L’Eden s’était transformé en Enfer. Tout y était devenu crasseux et infâme. Régulièrement, on pouvait y croiser des marins enivrés dont les rires tonitruants transperçaient le lourd silence des nuits obscures. Ces échoués resservaient leur vin, noyaient leur chagrin. Ils venaient ici trouver des filles de rien, celles qui ont le cœur entre les reins. Ils venaient sur les quais pour des putains. L’endroit n’était plus qu’un cimetière de pauvres naufragés imprégné d’une odeur infecte où se mélangeaient celle des poissons et celle de la mort.

Ce soir, le ciel était rouge. Le  Soleil se couchait, flamboyant au-dessus l’océan. Elle se dit que lui aussi devait porter un masque, certainement même identique au sien si elle avait dû en choisir un : un masque empourpré de sang séché. Cachée derrière l’un de ces vieux containers abandonnés, elle l’observait. De là où elle était, elle pouvait la voir sans être vue. Cela faisait plusieurs semaines qu’elle la filait sans que cette dernière ne s’en rende compte. Elle l’avait retrouvée. Une légère brise marine caressa son visage. Elle observa l’homme qui habitait en ce moment même l’entre-jambe de son ancienne élève. Elle ne pût retenir le rictus qui vint étirer ses lèvres en songeant au malin plaisir qu’elle prendrait à faire souffrir cette créature de Dieu si jamais Ligeia lui laissait la vie sauve. Ce dont naturellement, elle doutait. Elle lui avait tout appris, et la clémence ne faisait pas parti de l’enseignement que la redoutable sirène avait reçu. Elle avait appris très vite et les résultats obtenus avaient dépassé toutes les espérances d’Ursula. Elle avait alors commencé à la traiter différemment des autres : elle la laissait choisir elle-même ses propres proies et la privilégiait souvent quant aux récompenses qu’elle accordait pour un travail bien fait. Certes, le rapport maître/esclave était toujours présent, mais Ligeia se trouvait plutôt dans un état de servitude volontaire que forcée et contrainte. Elle était consciente de pouvoir partir à tout moment, elle savait qu’Ursula lui accorderait sa liberté – elle le lui avait déjà plusieurs fois proposé - mais elle avait fait le choix de rester.
Ce soir était celui des retrouvailles. Quel lieu plus approprié que les docks pour cela ? Un lieu malsain, tout comme ce que commençait à devenir leur relation…
- Montre, montre-toi.
Sa voix la surpris. Elle fut tirée des souvenirs passés dans lesquels elle s’était plongée.
- Je sais que tu es là...
Alors, à la pâleur de la Lune qui avait fait son apparition dans le ciel, elle sortit de l’ombre du vieux container et découvrit son visage, caché jusque là par l’épaisse capuche d’une longue cape, noire comme la nuit.
- Vous…
Ligeia s’inclina humblement.
- Je suis ravie de te revoir Liegia. Et ravie également de constater que tu es toujours la même. Tu n’as pas changée : tu parviens toujours à tes fins.
Revenir en haut Aller en bas

It's dark inside ✤ Catherine P.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» "Don't get too close, it's dark inside" ft Félix
» Livre - "Obsession" de Catherine Kalengula : une version moderne du fantôme de l'opéra
» The dark knight
» Fear Itself : Dark Memories
» THE DARK KNIGHT - HARVEY DENT/DOUBLE FACE (MMS81)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forbidden Fruit :: Storybrooke :: Alentours :: Dock-