AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Dépravation # Evanora

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Il était une fois...
Pommes : 233
Né(e) le : 19/04/2014

MessageSujet: Dépravation # Evanora Dim 18 Mai - 10:46

Dépravation
Delilah & Evanora


Alone soul...or almost!






La gorgée lui brûlait la gorge. Un incendie délicieux se répandait dans son estomac à mesure que l’alcool noyait les pâtes qu’elle avait englouties quelques heures plus tôt. Mais ce plat consistant n’était pas suffisant pour empêcher l’engourdissement qui commençait à s’emparer de l’esprit de la muse. Ses gestes se faisaient plus lents au fil que la soirée se consumait dans une cacophonie euphorique. Autour d’elle, les gueux braillaient avec force et certaines damoiselles s’abandonnaient à la dépravation de roulement de hanches contre les corps qui se prêtaient à elles. C’était une soirée pour le moins singulière qui secouait le Rabbit Hole, puisque de toute évidence, un jeune damoiseau fêtait son enterrement de vie de garçon. Les jeunes insouciants s’égayaient autour de chopes de bière et de gâteaux sucrés et Delilah, indiffère à cette ambiance enjouée et détendue, cuvait son whisky dans un coin sombre du comptoir, en retrait de ce joli monde qui s’amusait sans se soucier des conséquences du lendemain. Elle non plus. Elle ne s’inquiétait pas encore de la gueule de bois monstrueuse qui la clouerait certainement au lit pour toute une matinée. Elle qui avait tellement besoin de noyer ses sombres pensées dans un cocktail efficace. Quoi de mieux que le whisky pour embrumer son esprit d’une saveur étourdissante ? Elle n’avait jamais prôné l’alcoolisme…même à une époque où elle était embourbée dans un chaos douloureux. La magie était sa seule consolation, et parfois un verre de vin…mais rien de plus.


Elle goûtait donc aux joies des nuées allègres qui vaporisaient son âme d’un bien-être illusoire. Avachie sur le comptoir, remerciant le ciel d’avoir un tabouret à disposition sur lequel s’appuyer, la grande brune cala sa tête contre une main à disposition, coude posé contre la surface boisée et vernis du bar. De l’autre, son verre vide attendait impatiemment qu’il se remplisse et elle jeta alors un regard sombre et menaçant au barman qui s’exécuta aussitôt. Son corps était lourd. Tellement lourd, qu’elle craignait de ne pouvoir se hisser jusqu’à son appartement lorsque sa raison lui susurrait de partir. Mais celle-ci était loin, engloutie dans les affres de l’alcool brûlant qui asséchait son palais depuis plus d’une heure. Durant tout ce temps, quelques jeunes hommes avaient testé leur pouvoir de séduction sur la quarantenaire. Certes, plus toute jeune, mais à la beauté demeurée intacte, avec une plastique qui ferait jalouser certaines. Quoique l’ombre de la fatigue cernait ses yeux depuis le début de la soirée, mais cela ne semblait qu’enhardir davantage certains dons juans qui repartirent aussitôt après s’être heurtés à un mur silencieux et menaçant qu’était l’ancienne sorcière. Voilà Cinq jours  que Regina l’avait ramenée à la vie. Cinq jours durant lesquelles la déchue avait appris à s’accommoder à cette nouvelle vie. D’abord dépitée, puis peu à peu revigorée par des rencontres familières. Deux rencontres familières avaient particulièrement frappés sont esprit dilacéré. A savoir la rencontre avec son amie de longue date, Callidora, toujours d’une jeunesse éclatante et Amora….son cher corbeau. Diablo... Oui, ce fut la surprise de la semaine. Encore maintenant, elle peinait à associer son fidèle compagnon à cette jolie muse, qui connaissait tout d’elle. Le moindre secret. La moindre faiblesse. La moindre envie. Trop. Elle avait tellement haie sa propre race qu’elle se sentais désœuvrée de voir une humaine la connaître aussi bien. Mais pouvait-elle lui en vouloir ? Non. Car malgré sa surprise et son entêtement farouche, elle ne pouvait être qu’heureuse et soulagée de retrouver cet éternel compagnon, malgré sa forme peu familière. Une apparence qui ne la laissait pas indifférente, car elle brûlait de confusion sous ces mirettes inquisitrices. Mais passons…l’heure n’était pas au ramonage de pensées, ni aux envies présentes.  

Juchée sur son tabouret, la jolie muse peinait à garder sa stature droite. La silhouette affaissée sur le comptoir lui donnait l’allure d’une alcoolique prête à piquer du nez dans son verre, mais elle n’en était pas moins attentive à ce qui l’entourait…et notamment ce corps étranger qui vint se blottir contre son dos, tandis qu’une voix masculine se mit à murmurer chaudement à son oreille, lui arrachant un frisson de dégoût. « Que vois-je ? Une jolie femme seule, je ne peux laisser passer ça. Peut-être pourrions apprendre à nous connaître un peu plus ? » La voix sonnait mâture et ferme à son oreille. Ce n’était plus un damoiseau effronté, mais bien un homme de son âge, l’haleine, certes, alcoolisée, mais l’esprit encore claire pour faire gonfler son orgueil de mâle dominant. Une grimace déforma les lippes pourpres de la muse, qui songeait vraiment qu’elle n’aurait pas du enfiler cette robe noire légère qui moulait son corps et dévoilait ses gambettes lisses ainsi que le galbe hâlé de ses épaules conservées. Ou peut-être qu’elle aurait du simplement éviter cette soirée en particulier pour noyer son amertume et sa confusion dans l’alcool. Delilah tourna son minois agacé pour mitrailler l’homme d’un regard menaçant, mais cela ne semblait que chatouiller sa curiosité. Un sourire étira les lèvres charnues de l’homme. Un bien bel homme, il serait idiot de le nier, mais la muse n’était pas d’humeur à se prêter au flirt. Et certainement pas avec ce gueux.  « Que dis-je…une femme ? Une lionne plutôt ! Allons ma chère, vous ne devriez pas boire seule… » Delilah jugea le moment opportun pour prendra la poudre d’escampette, mais ses muscles refusèrent d’obéir. L’alcool imbibé dans son sang était trop impérieux pour qu’elle parvienne à se hisser loin du bar. Triple buse! « S’il ne tenait qu’à moi, j’enfoncerai cette cuillère dans votre gorge jusqu’à ce votre poitrine implose d'asphyxie»soupira la sorcière déchue d’une voix rauque et menaçante, mais l’homme ne fit que rire aux éclats. Était-il stupide ou suicidaire ? Delilah ne supportait pas la proximité de cet homme, mais elle dut mordre sur sa chique pour ne pas faire quelque chose d’inconsidéré qui risquerait de nuire à sa nouvelle identité. Qui risquerait de réduire en miettes la chance qu’on lui offre dans cette nouvelle vie....
Code by AMIANTE

_________________


Dancing on a mound of corpses

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Angel of Death ✝
Pommes : 92
Né(e) le : 11/05/2014

MessageSujet: Re: Dépravation # Evanora Lun 19 Mai - 1:30




Once Upon a Dream

« L'effet de l'ivresse est d'abolir les scrupules du sentiment.  » ► Les aventures du coeur
La nuit était douce ce soir, presque limpide. Le ciel d'un noir intense et séduisant rendait hommage à l'éclat envoûtant de la lune entre les vitres pourtant fort poussiéreuses du bar. Ses rayons d'une blancheur innocente venaient transpercé l'atmosphère sombre, légèrement crasseux et embrumé par la fumée de cigarette du bar.

En parlant de fumée..La jeune femme tira une énième fois sur sa cigarette avec délectation, seule et unique invention qu'elle jugeait ingénieuse dans ce monde grotesque et inutile.

Tu veux pas plutôt venir t'asseoir sur les genoux d'un vrai mec ma belle ?

Evanora se raidit et arqua un sourcil interrogateur quand son regard profond et dédaigneux se posa sur l'homme en question ou plutôt le gamin qui venait de s'adresser a elle avec autant de culot. En effet il devait avoir la vingtaine et cherchait à s'amuser et faire le malin, jouer a "l'homme" entouré de plusieurs jeunes de son âge. Il la regardait avec un petit sourire en coin complètement méprisable et stupide, typique des abrutis de cette âge et de la génération de jeunes de ce monde. Enfin, elle prit son regard le plus provocateur lorsqu'elle se pencha sur la table, grimpant presque dessus pour que leurs deux visages soient presque collés l'un à l'autre avant de lui expirer toute sa fumée en plein visage et sans aucune retenue. Aussitôt son air provocateur de changea en air machiavéliquement mauvais.

Dégage gamin, le bac à sable c'est à côté.

Visiblement vexé et non encouragé par les petits gloussement moqueurs de ses "amis" le jeune homme se leva sans rien dire alors que ses trait se durcissaient, que la colère et la honte de l'honneur masculin bafoué venait. Il tourna les talons et se dirigea au pas de course vers la sortie du bar claquant la porte dans d'incompréhensibles grognements, sauf un "salope" se détacha de lot ce qui fit de nouveau sourire la jeune sorcière. Elle était elle même entourée "d'amis" en effet ce n'était pas des vrais amis car elle n'en avait pas, c'était plutôt des compagnons de beuveries et autre divertissements nocturnes qu'elle s'accordait de temps à autre quand elle avait besoin de penser à autre choses qu'au travail. Evanora était une bourreau de travail mais elle aimait beaucoup s'amuser et ne résistait jamais à l'occasion de passer une bonne soirée et/ou une plaisante nuit.

C'est pourquoi en cette douce nuit elle avait rejoins ses acolytes de la boisson et des excès en tout genre pour la soirée. Assise nonchalamment sur les genoux d'une jolie demoiselle très alcoolisée qui lui embrassait avidement la nuque, ses mains entourant ses hanches avec insistance, Evanora savourait sa cigarette comme si c'était la dernière, grisée par l'alcool déjà bien présente dans son organisme et par la musique qui passait dans le bar.

Le Rabbit Hole était un espèce de trou a rat assez malfamé. Ce bar n'avait pas très bonne réputation et les gens qu'ont y croisaient étaient en général toujours les mêmes : Des jeunes à la recherche de sensations, des piliers de bars, des prostituées, de vieux pervers à la recherche de quelque chose à se mettre sous la dent ou encore d'âmes en peine. Bref, aucun risque qu'on ne la reconnaisse ici comme la grande avocate qu'elle était, habituellement cachée sous son tailleur strict et ses lunettes noires à la monture épaisse, c'est ce qu'elle aimait dans ce bar miteux, l’anonymat qu'il lui procurait.

La jeune femme pinça sa lèvre inférieure en sentant l'impatience de la jeune femme contre sa nuque brûlante et se pencha un peu plus pour coller son dos contre son buste et pencher légèrement sa tête en arrière dans un léger soupire. Elle s'en sortait bien la petite, malheureusement pour elle un détail attira son attention sur autre chose que ses indécentes caresses.

Ses yeux qui vagabondaient dans la salle se posèrent sur une scène qui n'était pas vraiment anormale dans un lieu pareil : Une altercation entre un homme qui semblait faire des avances et une jeune femme qui n'avait absolument pas l'air réceptive à ses propos, pire il semblait insistant, moqueur et elle très en colère. La scène se passait plus loin au bar alors que la jeune sorcière et son escort d'un soir étaient à l'autre bout du bar dans l'obscurité. Elle avait déjà remarqué cette femme mûre, moulée dans une robe sexy et qui mettant en valeur ses courbe a priori généreuses en train de se noyer dans le whisky depuis un certain temps.

Cependant elle n'avait pas encore réussi à voir clairement son visage. Prise d'une pulsion comme ça lui arrivait tant de fois, la jeune femme tira une dernière fois sur sa cigarette et l'écrasa dans le cendrier avant de se libérer de l’étreinte de la jeune fille, la laissant un peu en plan pour s'avancer vers ces deux inconnus entre qui visiblement la tension montait beaucoup. Quand la jeune femme sortie de l'ombre du bar et croisa enfin le visage de celle au bar elle comprit pourquoi elle avait eu envie de se lever : Elle n'était pas d'ici, c'était évident, elle avait cette lueur sombre dans les yeux qui animait le coeur des mages noirs de l'autre monde. Il fallait qu'elle en sache plus et ce type était désormais sur son chemin. Elle entendit d'ou elle était le dernier échange entre les deux et arqua un sourcil avant de marcher d'un pas déterminé vers eux. Froide et droite elle se planta dans son dos sans même qu'il ne le remarque et fit apparaître un poignard entre ses mains qu'elle passa sous la veste du dégouttant :

Elle t'as pas dit de lui foutre la paix, gueux ?

L'homme se raidit en sentant la lame dans son dos, continuant tout de même à garder la face et de jouer les fiers. Pathétique. Ce qui donna encore plus envie à la jeune sorcière de le réduire en bouillie, elle qui n'avait pas tuer depuis des années alors qu'elle était si friande autrefois de la sensation infime d'une vie qui s'éteint doucement entre les mains de son tueur. Cette pensée la fit frémir et resserrer sa prise.

Oh..Deux tigresses pour le prix d'une, j'ai de la chance ce soir ! Tentes ta chances Chérie, tu n'en feras rien.

Prise d'une colère impulsive Evanora l'attrapa plus brutalement par le bras pour le serrer contre elle, la larme aiguisée du couteau fendant la barrière du tissus de sa chemise ainsi que celle de sa peau pour commencer a faire couler un peu de sang.

Tu veux parier avec le diable ? Tire toi je te dis ou je te saigne comme un chien.

Subitement il fut beaucoup plus vite persuadé que ses intérêts étaient ailleurs et surtout pas entre les pattes de ces deux là et ne résista pas bien longtemps quand elle le jeta brusquement vers l’extérieur du bar pour qu'il disparaisse , visiblement humilié de se faire jeter dehors par ce petit bout de femme. Elle en profita par la même occasion le couteau dans les limbes d'ou il était sortit. Enfin peu importe, elle reporta son attention sur la quarantenaire, encore plus belle et mystérieuse de prêt. Elle semblait pensive, très alcoolisée et perdue. Cependant Evanora ne changea pas d'idée sur la question : Elles venaient du même monde toutes les deux et c'était peu dire, quand la jolie brune arriva enfin à hauteur de l'autre jeune femme son sang ne fit qu'un tour en elle et cette sensation lui arracha un sourire. En effet elle n'était vraiment pas intervenue pour rien puisqu'elle avait en face d'elle la grande et majestueuse sorcière Maléfique, une des plus grande mage noire de l'histoire des Contes. Une de celles qu'elle respectait le plus.

Les hommes de ce monde sont vraiment grotesques. Puis-je m'asseoir à vos côté Ô, illustre Maléfique ?



CODE BY AMIANTE

_________________


« L'enfer dans le sang.
La folie dans les veines. »
On passe notre vie entière à s’inquiéter de l’avenir, à faire des projets pour l’avenir, à essayer de prédire l’avenir... Comme si savoir à l’avance pouvait amortir le choc. Mais l’avenir change constamment. L’avenir est le lieu de nos plus grandes peurs, et de nos espoirs les plus fous. Mais une chose est sûre : quand finalement, il se dévoile... l’avenir, n’est jamais comme on l’avait imaginé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Il était une fois...
Pommes : 233
Né(e) le : 19/04/2014

MessageSujet: Re: Dépravation # Evanora Lun 19 Mai - 12:33

Dépravation
Delilah & Evanora


Alone soul...or almost!





Elle n’aurait pas du boire autant. Son sang surchargé d’alcool commençait à embrumer son esprit de nuées abstraites, et cela ne l’aidait en rien à réfléchir au moyen de se débarrasser de l’homme qui faisait office de pot-de-colle-ambulant. A son grand damne, elle pouvait clairement sentir le contact du torse à priori musclé contre son dos creusé, impuissante. Un coup de sortilège et le tour aurait été joué, mais la belle était sans armes. Outre ses propres mains, mais la muse n’était pas sûre d’avoir les idées suffisamment claires pour agencer correctement ses gestes à sa conscience. Aussi ne put-elle que bénir la mystérieuse demoiselle qui se porta à son « secours » , en la débarrassant du boulet coriace d'un coup de pied aux fesses. Enfin, façon de parler... Malgré son état d’ébriété, elle comprit pleinement l’étendue des paroles de sa bienfaitrice, de qui elle avait encore le dos tourné. Mais quand le triple gueux s’enhardit davantage, Delilah ne put s’empêcher de glisser un regard curieux vers la scène qui se déroulait juste à côté d’elle. Que voilà une jeune femme féroce. Mieux valait ne pas l’avoir dans ses ennemies. Ses mirettes céruléennes remontèrent jusqu’au galbe facial de sa cadette, qui jetait un dernier coup d’œil vers la porte, d'où elle venait d'expédier le bellâtre après lui avoir arraché quelques gouttelettes de sang. Il lui fallut cependant quelques secondes d’attention pour identifier le joli minois de son ange gardien et lorsque les traits faciaux lui redevinrent familiers, la sorcière déchue ne put retenir un regard surpris. Ses pupilles bleutées se dilatèrent sous la stupeur.

Oui, surpris, mais aussi allègre. Enfin, presque, car l’humeur chagrine de l’illustre mage était bien trop conséquent dans les limbes actuelles de son esprit pour qu’elle se permette un sourire aisé. Ses muscles étaient trop engourdis pour supporter l'effort. Et pourtant, ses prunelles s’allumèrent cependant d’une nouvelle étincelle. « Pas plus que dans l’autre monde… »soupira la muse d’un ton las. Elle désigna le tabouret voisin au sien d’un regard lascif, puis reporta ce dernier vers son verre à demi plein, toujours serré dans l'étau de ses doigts minces. « Il n’y a pas plus d’illustre qui tienne…plus de Maléfique, plus de magie…je ne suis plus… » Ses lèvres se tordirent sous l’amertume qui la secoua.  « qu’une humaine…faible, sans pouvoirs. Une carne fragile et vide…   »lâcha t'elle de sa voix enrouée par l'alcool et l'affliction. Oh alcool, quand tu nous tiens... En plus, c'est qu'elle avait l'alcool triste, pour ne rien arranger... Et suite à ces paroles, Delilah avala cul sec le contenu de son verre. Le quantième de la soirée ? Oh, elle avait cessé de compter après la première demi heure écoulée.  

Pour nombreux, la vie à Storybrooke avait été acceptée avec un niveau de satisfaction potable. Elle, elle ne le pouvait. Pas elle, la créature des bois, l'enfant du mal. Ce qu'elle était devenue, cette forme fébrile, prêt à se rompre au moindre coup, lui donnait la nausée! Et une trentaine d’années de perdues comptabilisées direct au compteur...Merci Regina ! Elle s'était adonné à quelques moyens diverses d'atténuer cette rancœur qui la consumait...comme noyer une photo de la muse de mille fléchettes, s'imaginer tordre son cou à travers l'oreiller de son propre lit...mais rien n'y faisait...son jugement vis à vis de Regina demeurait inaltérable. « Ainsi donc…vous avez aussi été attirée ici…comment le prenez vous, ma ‘chère Evanora’ ? »susurra t’elle d’une voix curieuse mais maussade. Étrangement, elle n’arrivait pas à définir l’émotion qui la submergeait de voir sa vieille amie…et amante aussi, en ces lieux dépravés. Ou simplement dans ce même merdier. A vue de nez, elle semblait plutôt bien s’en sortir, quoiqu’il était étrange de la voir mêlée ainsi à la populace. Oui, tout avait changé à l’instant où Regina avait mis en application son projet démesuré. Evanora devait avoir vécu ces vingt huit années comme le reste des gens ici présents : dans la parfaite ignorance, mais au moins délivrée de chaînes incassables. Même après deux semaines de vécu dans cette ville mystère, Delilah demeurait encore une énigme pour nombreux. Rares étaient ceux qui connaissaient sa réelle identité, outre ses vieilles relations passées. Et mieux valait pour elle que ça reste le cas. Sans ses pouvoirs, elle ne pourrait grandement se prémunir du danger futur...même avec une arme qu'elle oubliait souvent dans la mansarde qui lui faisait office d'appartement.

L'ancien dragon décroisa ses jambes fuselées pour les replier en angle pointu contre la barre qui soutenait perpendiculairement les pieds du tabouret. Le creux de ses talons s’incurvèrent contre le tuyau métallique alors qu’elle se décala un rien pour ne pas sans cesse tourner l’échine vers la sorcière de l’Ouest, genoux tournés vers les siens. Quand le barman repassa furtivement devant elle, Delilah lui asséna un nouveau regard meurtrier qui fit sursauter le malheureux. Sans plus attendre, son verre fut rempli, ainsi qu’un deuxième pour sa comparse. Elle devrait arrêter…elle n’avait que trop bu…mais elle souhaitait tellement noyer ses putains d’humeurs dans un moyen rapide et sans grosses conséquences qu’elle ne pouvait se résigner. Elle était encore suffisamment lucide...trop à son goût. Mais peut-être valait-elle mieux qu’elle le reste maintenant qu’elle venait de retrouver une vieille amie perdue de vue.

Code by AMIANTE

_________________


Dancing on a mound of corpses

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Angel of Death ✝
Pommes : 92
Né(e) le : 11/05/2014

MessageSujet: Re: Dépravation # Evanora Mer 21 Mai - 13:02




Once Upon a Dream

« L'effet de l'ivresse est d'abolir les scrupules du sentiment.  » ► Les aventures du coeur
Dans un sens elle n'avait pas tord. Les hommes que ce soit dans ce monde ou dans l'autre n'avaient toujours été que des hommes : stupides, vicieux et incroyablement cupides. De plus, même en réfléchissant, ce qui la dose importante d'alcool et de nicotine dans son organisme rendait difficile, elle ne se souvenait pas de la dernière fois qu'elle s'était sentie proche d'un homme mise à part son propre père. En effet ses relations avec les hommes avaient toujours été assez..conflictuelles, beaucoup des hommes qu'elle avait connue la dégouttaient profondément et n'avaient jamais soulevé en elle que de la haine et du mépris. Ainsi la jeune femme ne s’étonna pas d'en arriver à ce simple constat : Elle n'avait jamais été amoureuse d'un homme. Elle ne savait rien de l'amour entre un homme et une femme. Rien. Et ça ne lui manquait aucunement. Pour elle les hommes étaient pour la plupart des objets manipulables à souhait destinés à assouvir le moindre de ses désirs. Si bête qu'ils ne refuseraient jamais rien à une belle femme qui sait se servir de ses atouts, ce qui était il faut bien le reconnaître la spécialité de notre jolie sorcière. Et ce depuis la nuit des temps.

Cependant elle ne commenta pas. Evanora se hissa avec souplesse sur le tabouret de bar que lui présentait Maléfique, réajustant la robe devenue bien courte dans la manœuvre avant de croiser ses jambes fuselées vers sa veille amie fraîchement retrouvée. C'était en effet une belle surprise, elle ne s'attendait pas à la retrouver à Storybrooke et encore moins dans un endroit aussi miteux que celui-ci. Des illustres sorcières de l'autre monde, Maléfique était de loin celle qui avait été le plus proche de la jeune Evanora, de la toute puissante Sorcière de l'Est, de celle qui avait prit un malin plaisir à faire trembler tout le royaume entre ses griffes.

Evanora déglutit longuement. Cette annonce lui glaça le sang jusqu'a la moelle épinière, se pouvait il que la grande et illustre Maléfique, son modèle soit ainsi diminué dans ce monde ? Par quel maléfice était-ce possible ? Fronçant les sourcils elle avança son tabouret pour le rapprocher un peu plus du sien et posa un main discrète et presque rassurante dans son dos cherchant des yeux son regard.

Non pas vous.. Comment est-ce possible..? Qui vous a fait ça.. ?

Il était rare qu'Evanora se laisse aller à ce genre de contact physique purement amical pour la simple raison qu'elle ne faisait ami - ami avec personne. Du moins personne qu'elle estimait ne pas être à la hauteur de cet honneur. Ce qui n'était pas le cas de la belle Maléfique pour qui elle nourrissait un respect et une certaine inclination depuis toujours. Peut être même une de seule sur terre c'est pourquoi cette annonce avait fait l'effet d'une bombe sur la jeune sorcière de l'Est, elle qui se fichait tellement du malheur des autres, habituellement.

Sachant cela, elle porta un regard plus attentif à son interlocutrice. Bien qu'elle n'avait en rien perdu de sa beauté et de son élégance, elle semblait un peu amaigrie et surtout fatiguée. Ses cernes noircies sous ses yeux et son regard auparavant si vif devenu tout à fait maussade et éteint dégageaient d'elle une morosité qu'elle n'avait jamais connue venant de cette illustre magicienne. De Maléfique elle n'avait plus que le nom, pour l'instant.

Mal à l'aise de se constat alarmant et avant de répondre à sa question Evanora se pencha une seconde sur son sac à main duquel elle sortit son fidèle paquet de cigarette qu'elle ouvrit pour en prendre une et la porter à se lèvre avant de le proposer à sa chère amie, ne sachant pas si elle aussi s'y était mise. Elle alluma sa cigarette sans utiliser la magie cette fois et tira une première fois dessus.

En effet oui.. Ce chien d'Oz m'a destituée de mon château et de mon royaume, aidé par ma soeur, Glinda. sentant la colère monter elle tira une seconde fois sur sa cigarette, cracha la fumée et prit une forte inspiration. Theodora et moi avons été bannies après ça. Puis un jour la malédiction à frappé et je suis arrivée ici, j'ignore ce qu'il advient des autres. Elle esquissa un sourire en voyant le regard meurtrier que la sorcière déchue lança au serveur avant qu'il ne remplisse leurs deux verres, tremblant de terreur. Ce regard profond et incendiaire lui avait donné tant d'idées charnelles à son encontre, autrefois. Je suis avocate dans ce monde et je jouis d'une assez belle réussite sociale. Les gens de ce monde sont tellement bêtes.. un peu de poudre aux yeux et ils mettent le monde à vos pieds Elle prit son verre, regardant avec noirceur le liquide brun qui dansait dans son verre. Tout ce que j'espère c'est que dans un monde ou dans l'autre je puisse enfin tordre le cou de cet imposteur.

Enfin, elle leva son verre vers celui de Maléfique pour trinquer, même si les événements ne s'y prêtaient pas tant que ça.

A nos retrouvailles, ma chère. Puissent-elles être aussi fructueuses qu'autrefois



CODE BY AMIANTE

_________________


« L'enfer dans le sang.
La folie dans les veines. »
On passe notre vie entière à s’inquiéter de l’avenir, à faire des projets pour l’avenir, à essayer de prédire l’avenir... Comme si savoir à l’avance pouvait amortir le choc. Mais l’avenir change constamment. L’avenir est le lieu de nos plus grandes peurs, et de nos espoirs les plus fous. Mais une chose est sûre : quand finalement, il se dévoile... l’avenir, n’est jamais comme on l’avait imaginé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Il était une fois...
Pommes : 233
Né(e) le : 19/04/2014

MessageSujet: Re: Dépravation # Evanora Sam 21 Juin - 8:59

Dépravation
Delilah & Evanora


Alone soul...or almost!





La déception se manifestait tel un raz de marée dans les mirettes sombres de la sorcière de l’Est. De toute évidence, l’état actuel de l’alcyne déchu lui déplaisait. Qu’elle ne s’inquiète, Maléfique partageait ce même sentiment depuis le premier jour où l’emprise que l’Evil Queen avait dépeint sur elle, dans cet antre rocailleuse et humide. Un lieu qu’elle était peu désireuse de revoir de sitôt.

Il n’y avait donc aucun remède à ce désappointement flagrant dans le regard de sa comparse. Elle ne pourrait l’effacer d’un coup de magie. Pas cette fois. Seul l’alcool semblait suffisamment efficace pour oublier ces affres l’espace d’une soirée. Certes, une solution facile et malavisée, mais la sombre muse avait besoin de larguer sa dose d’aigreur et de dépit en un tour de clique. En temps normal, elle aurait trouvé un certain contentement à briser quelques rochers ou répandre des malédictions à travers les villages voisins.  Une délicieuse façon de démontrer l’étendue de ses talents aux yeux des paysans effrayés et de leur rappeler sa maudite existence. Oh dieu, que ce temps-là lui manquait. Mais voilà, adios magie ! Démunie de ses artifices de sorcière, Maléfique s’était sentie obligée d’adopter la méthode classique de réconfort couramment utilisée chez les éternels solitaires : l’alcool. Pas très fière de cet élan de faiblesse, cela ne l’empêchait pas de se soûler l’âme d’une série de verres dûment arrosés de whisky. Malheureusement, force est d’admettre que la jolie brunette faisait partie de ces gens à l’alcool triste et qu’au final, son étal émotionnel était encore plus désastreux qu’avant de pénétrer dans ce lieu de débauche. Ses humeurs étaient plus noires que jamais. Elle n’avait qu’une envie : se jeter dans un lac en espérant se faire engloutir dans les remous glacés du cœur aquatique. Outch…voilà qui est fort déconvenue pour la noble et illustre sorcière des temps jadis.

Et voilà qu’elle tombait sur une vieille connaissance, qui avait tout le loisir d’admirer les désastres de l’alcool chez cette personnalité autrefois mythique. Formidable !

« A votre avis…qui est la cause de toute cette fanfaronnade ? »cracha t’elle dans un relent dégoûté. La rancune tempêtait dans son âme embrumée par les vapeurs d’alcool. Quand Evanora lui proposa une cigarette,  l’ivrogne esseulée accepta, la résignation au bout des lèvres. Elle n’avait jamais touché à ces poisons du corps humain, mais au point où elle en était…au diable sa santé !  Elle écouta d’une oreille difficilement attentive le discours de la lyre malicieuse, ne pouvant retenir un rictus à la mention de ce fanfaron d’Oz. Un abruti de premier rang qu’elle n’a jamais porté dans son cœur, pour l’avoir croisé à quelques reprises dans sa vie passée. Elle ne put s’empêcher de tousser aux premières bouffées tirées, mais il ne lui fallut guère longtemps pour s’accoutumer à cette saveur amère et poignante.  Avocate ? Belle réussite ? Tordre le cou de cet imposteur ? Elle esquissa un maigre sourire devant la fureur renflouée de la belle brune. La colère lui seyait tellement bien...

« Au moins, cette deuxième vie semble vous avoir bien réussi ma chère » D'un geste presque tremblant, elle leva son verre pour trinquer avec l'avocate et ainsi assaisonner sa gorge d'une nouvelle écume brûnatre. « Aussi fructueuse, j'en doute...il semble que je ne sois faites pour ce monde »bouda t'elle d'une voix ternie en détournant son regard d'Evanora pour le laisser errer vers son verre qu'elle tournait entre ses longs doigts fins et blanchâtres. Le liquide brun tournoyait dans le récipient transparent, au rythme des moulinets de son poignet. « Savoir l'origine de mon malheur cohabiter dans cette même ville me rend plutôt austère...28 ans perdus en un tour de main, la magie aux abonnés absents, la rancune écumant mon esprit...je ne suis vraiment pas en état de me réjouir »grogna t'elle en se mordant les lèvres. Elle s'en voulait de se laisser aller de la sorte, mais l'alcool était devenu maître de ses émotions et Maléfique ne pouvait tout simplement plus se contenir. Seulement, il semble que le tabac inspiré se mêlait lui aussi aux effets du whisky pour décupler les effets désastreux. Génial...

La cacophonie du bar mêlée aux odeurs de cigarettes et aux relents d'alcool suffirent à déjouer ses dernières forces. Sa tête lui tournait tant et si bien qu'elle dut la caler entre ses deux mains, coudes solidement appuyés contre le bois trempé du comptoir. « Hum...je crois qu'il est...temps pour moi de...partir... »parvint-elle à articuler d'une voix rauque et faible. Partir. Retourner dans cet appartement sinistre et silencieux. Encore fallait-il parvenir à s'extirper de ce tabouret. Voilà une besogne qui s'annonçait difficile en vue de son état d'ébriété... Et des ondulations de son esprit qui faisait tournoyer la vue du comptoir dès qu'elle osait garder ses mirettes trop longtemps ouvertes. Fuck!
Code by AMIANTE

_________________


Dancing on a mound of corpses

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Dépravation # Evanora

Revenir en haut Aller en bas

Dépravation # Evanora

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forbidden Fruit :: Storybrooke :: Commerces :: The Rabbit Hole-