AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

My shame is so great ... How can you even look at me ? [Flashback / Eleanor & Cora]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Il était une fois...
Pommes : 193
Né(e) le : 19/04/2014

MessageSujet: My shame is so great ... How can you even look at me ? [Flashback / Eleanor & Cora] Dim 11 Mai - 17:41





« My shame is so great ...
How can you even look at me ? »

(Eleanor & Cora / Flashback)


Royaume Enchanté, il y a un peu moins de 60 ans d’aujourd’hui.  

Eleanor attendait nerveusement dans cette clairière déserte, devenue le lieu de ses rencontres avec cette femme que sa mère avait aidée, quelques mois plus tôt, à accoucher dans le plus grand des secrets. Cora Mills, de son nom, connue jadis pour être la fille du meunier, mais aujourd’hui comme étant la femme du Prince Henry. Accouchement clandestin, oui. Alors que tous croyaient Dame Mills aussi vertueuse qu’une sainte, cette dernière s’était malencontreusement retrouvée à porter un enfant illégitime, fruit d’une étourderie sans lendemain, si l’on pouvait dire. Le mal étant fait, il lui fut tout simplement impossible de mettre un terme prématuré à cette grossesse. Neuf mois plus tard, Rose Drysdale procédait à l’accouchement, assistée de son unique fille, Eleanor.  Ne pouvant garder l’enfant, une petite fille, Dame Mills la confia à Rose, s’étant portée elle-même volontaire pour l’élever comme si elle était sienne. Il fut néanmoins décidé que la mère biologique resterait en « contact » avec sa dernière née par l’entremise d’Eleanor. En retour, cette dernière bénéficierait de certaines opportunités, telles qu’une éducation, voire même une toute petite chance de devenir "quelqu'un".

Si l’adolescente, à peine âgée de 13 ou 14  ans , à l’époque, s’était d’abord montrée réticente face à tout ceci, elle développa peu à peu un lien de confiance à l’endroit de sa « préceptrice ». En plus de donner des nouvelles de la petite Danica - ainsi avait été appelée l'enfant adultérin - elles discutaient de choses et d’autres. Malgré une amitié naissante, lien presque maternel, un fait perdurait : Eleanor se sentait incontestablement intimidée par Dame Mills. Elle en vint même à envier ce monde auquel elle n’appartenait pas. Celui des nobles.  

Toujours est-il que ces rencontres cessèrent subitement, du jour au lendemain. Rose prétexta qu’Eleanor était souffrante. En réalité, un destin bien plus pire que la maladie s’était emparé d’elle. Tombée dans l’œil de riche homme-loup, ce dernier promit à la famille Drysdale « argent et place dans les rangs dans la noblesse » à une condition une seule : Eleanor devait lui donner un fils. C’est ainsi qu’elle se retrouva, à l’âge de 15 ans seulement, enceinte d’un enfant qui représentait à lui seul ou bien sa perte, ou bien la fortune de sa famille. Il fut alors formellement interdit à Eleanor de quitter sa chaumière. Sa grossesse ne devait être au vu et au su de quiconque. Pourquoi diable ses parents avaient-ils accepté un accord aussi vicieux ? Voyez à quoi elle en était réduite.

Trois mois de grossesse déjà et elle se sentait devenir complètement folle à rester enfermée entre ses quatre murs. Un jour de plus et elle ne répondait plus de ses actes. Jamais elle n'avait autant songé à mettre fin à ses jours que depuis cette nuit où l'homme-loup avait posé ses mains sur son corps chaste et juvénile. Elle avait l'impression d'avoir été violée. Ni plus ni moins. Sur un coup de tête plus qu’autre chose, elle s’était enfuit. Elle courut. Elle courut plusieurs minutes pour rejoindre la clairière. Leur clairière. Elle espérait y trouver celle qui la comprendrait sûrement : Cora...


_________________


Woman, mother, lover and so much more...

One word frees us of all the weight and pain of life...
That word is love.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The Queen of Heart
Pommes : 142
Né(e) le : 01/04/2014

MessageSujet: Re: My shame is so great ... How can you even look at me ? [Flashback / Eleanor & Cora] Dim 18 Mai - 9:18

My shame is so great... How can you even look at me ?
Cora & Eleanor



Assise sur un grand fauteuil, les yeux à demi-clos, Cora ne cessait de ressasser le passé. Ainsi, dans cette position, elle avait l'air presque paisible, détendue, alors qu'intérieurement le chaos régnait en maître.

Sa vie ne la satisfaisait plus depuis bien longtemps. Certes elle avait épousé un prince et gravie les échelons de la noblesse, mais l’émerveillement des débuts avait laissé place à une lassitude sans fin. Alors, sur un coup de tête, elle s'était alors retrouvée dans le lit du premier venu un soir où l'alcool avait été consommé plus que de raison. Une histoire sans lendemain dans l'espoir vain de ressentir de nouveau une étincelle, d'oublier une vie trop fade pour finalement tomber dans une déchéance bien plus profonde quand elle apprit qu'on l'avait engrossée . Enceinte d'un inconnu dont elle ne savait même pas le nom et qu'elle ne reverrait jamais, alors que tous la croyait fidèle et droite, quelle ironie. Condamnée à donner vie dans le plus grand secret car il était évidemment hors de question que quelqu'un découvre cela. Condamnée à vivre cette humiliation, à partager son corps avec un bébé qu'elle ne désirait pas. Seules Rose Drysdale, une des plus grandes sage-femme du royaume et Eleanor sa fille, avaient été mises dans la confidence. Cora pouvait faire en sorte de dissimuler son ventre qui ne cessait d'enfler au fur et à mesure que l'être grandissait, mais elle ne pouvait pas accoucher seule malgré toute sa volonté.

Deux années étaient passées depuis que la petite Danica avait vu le jour dans une misérable chaumière au milieu de la forêt enchantée. Deux années qu'elle continuait d'avoir régulièrement de ses nouvelles par le biais d'Eleanor. Confiée à la famille Drysdale, elle évoluait dans un foyer modeste, très modeste même, mais c'était sans doute mieux que rien. Les visites de l'adolescente se déroulait à chaque fois de la même façon : elle lui racontait les progrès que faisait l'enfant au quotidien, la brune se contentait de hocher la tête sans rien ajouter et ensuite en contre-partie elle lui faisait partager son savoir-vivre, ses manières de Dame et discutaient pendant des heures.  

Elle ne savait pas vraiment pourquoi les visites continuaient, avoir des nouvelles de son enfant illégitime n'était pas dans ses priorités. Elle ne comptait pas la revoir un jour de toute façon, c'était trop risqué et inutile. Elle n'avait jamais voulu d'elle et n'avait pas à payer pour une grossière erreur. Cora avait d'ailleurs été très claire avec sa famille d'accueil, jamais personne ne devrait lui révéler quoi que ce soit au sujet de son identité. Elle refusait de s'attacher à cette gamine, d'en faire une nouvelle faiblesse et ne pas avoir de cœur lui facilitait la tâche. Elle ressentait moins les sentiments et se contentait d'ignorer le reste qui faisaient parfois surface.
C'était donc peut être parce que Eleanor lui rappelait Regina, sa première née, sa seule et unique princesse. Or, avec sa fille non plus cela ne se déroulait pas de manière idyllique. La petite demoiselle ne semblait pas réceptive à ses leçons et préférait la compagnie de son père plus tendre et affectif. Elle, qui faisait tout pour lui tracer le meilleur destin possible, le destin qu'elle aurait voulu avoir, ne comprenait pas pourquoi Regina la rejetait ainsi. Ainsi, un fossé se creusait chaque jour un peu plus et l'ex-meunière comblait ce vide en se rapprochant de la jeune Eleanor qui semblait être passionnée par ce qu'elle pouvait lui conter comme elle aurait voulu que le soit Regina.

Avec l'adolescente, elle avait trouvé une compagnie plaisante, presque une amie. Cependant, du jour au lendemain les visites cessèrent également. Rose expliqua à Cora que la jeune femme était malade et qu'elles ne pourraient plus se voir. Du moins c'était ce qu'elle prétendait.

La princesse ferma complètement les yeux en essayant de chasser ces pensées et quand elle les ouvrit de nouveau, elle fut surprise de constater qu'elle n'était plus dans son fauteuil mais bel et bien, assise dans l'herbe de la clairière où elle retrouvait autrefois Eleanor. Elle qui s'était promise de ne plus s'attacher à personne, souffla exaspérée par son propre inconscient qui lui jouait des tours. Alors qu'elle entreprit de repartir aussi vite, sachant pertinemment que personne ne viendrait, elle entendit des bruits de pas rapide. Toujours en alerte, elle se releva subitement, prête à lancer un sortilège sur la « chose » qui arrivait. Elle se rapprocha donc prudemment de la source sonore, située à la lisière de la forêt, croyant voir sortir un animal sauvage. Or, ce fut une masse humaine qui la percuta de pleins fouet. Elle parvint de justesse à retrouver l'équilibre alors que l'autre personne se rattrapa à elle et se retrouva dans ses bras. Elle déclara aussitôt passablement énervée :

"Enfin vous ne pouvez pas regarder où vous allez ? Ce n'est pas possible d'être aussi stu..." mais la fin de la phrase disparut quand la personne releva la tête, dévoilant ainsi son visage. Elle ne put retenir un hoquet de stupeur

« Eleanor, mais... que faites-vous là ? Tout va bien ?» demanda t-elle les yeux écarquillés par la surprise



_________________
LOVE IS WEAKNESS

« Love is weakness. It feels real now. At the start, it always does. But it's an illusion. It fades, and then you're left with nothing. But power -true power- endures. And then you don't have to rely on anyone to get what you want. » ©️    sleeping ∆ monday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Il était une fois...
Pommes : 193
Né(e) le : 19/04/2014

MessageSujet: Re: My shame is so great ... How can you even look at me ? [Flashback / Eleanor & Cora] Jeu 10 Juil - 0:14





« My shame is so great ...
How can you even look at me ? »

(Eleanor & Cora / Flashback)




Courir. Courir le plus vite. Courir le plus loin possible. Son seul objectif était de fuir sa « cage », tel un oiseau à qui l’on aurait enlevé sa liberté. En vérité, elle ne fuyait par peur qu’on lui fasse du mal. Elle ne manquait de rien. Cependant, Eleanor était lasse. Elle était lasse de ne plus pouvoir sortir de chez elle parce qu’il fallait empêcher les ragots.  Lasse de devoir porter cet enfant qu’elle n’avait pas conçu dans l’amour, qu’elle détestait du plus profond de son être et qui transformait odieusement son corps juvénile. Elle était lasse cette vie qui lui était désormais devenue tout simplement insupportable. Cette perspective de vie n’était pas son choix. Pourquoi était-elle donc contrainte à tout cela ? Ses parents manquaient-ils complètement de jugeote ?  

Oh… Elle se doutait bien qu’on soit déjà à sa recherche. Elle se doutait bien des conséquences qu’il y aurait si on la retrouvait. On la châtierait. Physiquement, peut-être. Sévèrement, sûrement, quitte à renforcer la « sécurité » autour d’elle. Ridicule ! Pour tout dire, cela ne l’effrayait guère. Ça lui était bien égal, parce que d’ici à ce qu’on la retrouve – ou pas – elle allait au moins pouvoir profiter de quelques instants de solitude dans un endroit qui lui était cher.  

Terrorisée, telle une bête sauvage, elle courait à travers la forêt enchantée dans l’unique but de se rendre sur cette clairière qui avait été témoin des moments les plus bienfaisants de son existence. Avec Cora, elle s’était sentie devenir « quelqu’un ». Cora Mills, dans son extrême bienveillance à son égard, lui avait fait oublier qu’elle était mal née. Oui, c’est ainsi qu’elle se qualifiait. Dans les semaines ayant précédé sa grossesse, Eleanor sembla avoir un dédain de ses racines et de son appartenance aux gens du peuple. S’imaginant devenir une dame de la haute, tout aussi distinguée que Dame Mills, elle n’avait jamais autant médit sa famille. Malgré sa générosité, on s’entendait même à dire que Cora exerçait une influence négative sur l’adolescente… Était-ce pour ça qu’elle était punie ?

Les branches d’arbres écorchaient son visage, le sang coulant sur son visage pâle. Allez savoir combien de temps elle courut ainsi.  Dix, quinze, vingt minutes, tout au plus. Peu importe. Aussi égoïste que cela pouvait paraitre, elle espérait s’épuiser à en perdre l’enfant qui grandissait dans ses entrailles. À son âge et avec sa frêle constitution, une fausse-couche était facile à provoquer.

Elle aurait pu courir ainsi pendant de longues minutes encore lorsqu’elle fut stoppée dans sa fuite par une collision aussi inévitable que soudaine. On la rattrapa aussitôt, ce qui l’empêcha de tomber.

C’est une voix teintée de reproche et médisance qui l’interpella …  « Enfin, vous ne pouvez pas regarder où vous allez ? » Ce n'est pas possible d'être aussi stu... Cette voix, même dans une foule bruyante, elle l’aurait reconnue d’entre toutes. Encore secouée, elle leva les yeux pour croiser ceux de celle qu’elle avait espérée : Cora. C’était presque irréel. Était-ce possible qu’on souhaite tellement la présence de quelqu’un que cette personne se matérialise ? Mirage ou réalité ? Pur hasard ou magie ? Fronçant le regard, toujours dans les bras de la noble dame, l’adolescence ne distingua plus le vrai du faux.  L’essoufflement, sûrement. La future Reine de Cœur renchérit alors, lui demandant ce qu’elle faisait là et si tout allait bien. Dame Cora était là… Bel et bien là…

Dans un élan de honte, mais aussi d’effroi, Eleanor se défit brusquement de l’emprise de la reine. Le regard fixant le sien, elle secoua le visage tout en tentant de cacher son ventre visiblement rebondi. Elle craignait le jugement sa bienfaitrice, son mécontentement, sa désapprobation, sa déception. Pire encore, son rejet. Qu’allait-elle penser d’elle ? À ses yeux, me serait-elle qu’une traînée ? Une jeune fille de peu de vertu ? Honteuse, l’adolescente enfouit son visage dans ses mains avant de faire dos à celle qu’elle aurait
voulue pour mère.

"Oh, Dame Cora… Je… Pardonnez-moi…"

De toute évidence fatiguée, et par sa fuite et par sa grossesse, Eleanor se laissa tomber au sol comme une vulgaire poupée de chiffon. Elle prit appui sur la paume de ses mains, le dos recourbé et le visage baissé. Elle n’osait plus regarder l'ex-meunière.  


_________________


Woman, mother, lover and so much more...

One word frees us of all the weight and pain of life...
That word is love.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The Queen of Heart
Pommes : 142
Né(e) le : 01/04/2014

MessageSujet: Re: My shame is so great ... How can you even look at me ? [Flashback / Eleanor & Cora] Lun 21 Juil - 19:00

My shame is so great... How can you even look at me ?
Cora & Eleanor




Les deux femmes restèrent silencieuses, se jaugeant mutuellement du regard. Cette rencontre semblait tellement irréaliste que Cora pensa un instant qu'elle était le fruit de son imagination, une stupide hallucination. Seulement il fallait se rendre à l'évidence, l'adolescente était bien réel et dans ses bras. Des dizaines de questions fusèrent dans esprit, mais aucune ne parvint à sortir, trop surprise pour formuler une pensée cohérente.

Puis sans qu'elle ne s'y attende, la jeune femme se dégagea brusquement de son emprise. Elle avait l'air complètement effrayée, en proie à une panique sans nom. Pourquoi cette attitude ? Avait-elle peur d'elle à présent ? Peut être qu'elle s'était finalement rendue compte que la princesse commettait des actes horribles et que la simple idée de l'approcher de nouveau la tétaniser. Seulement quand ses bras s'agitèrent sur son buste, Cora comprit enfin la raison de son mal être, qui n'avait vraisemblablement rien à voir avec elle. Derrière son fin manteau de nouvelles formes apparaissaient. Un ventre pointait sous sa robe caractéristique d'une récente grossesse.

Ses yeux s'écarquillèrent instantanément, elle se mit à le fixer sans pouvoir s'en empêcher, abasourdie par cette découverte. Sans doute son regard se fit trop insistant, car la demoiselle se retourna pour ne plus la voir et cacha son visage. « Pardonnez-moi » la supplia t-elle d'une voix brisée. Mais, elle n'avait pas à lui demander ça, après tout c'était à son propre corps qu'elle infligeait une peine, non à elle.

Malgré toute sa volonté, la future reine de cœur ne put se résoudre à prononcer une parole réconfortante. Une amère déception se répandait dans son être. Elle avait tellement mis d'espoirs en elle distinguant dans sa manière d'être l'étoffe d'une grande dame et elle la  retrouvait maintenant engrossée à quinze ans gâchant tout. Alors c'était cela sa grave « maladie » qui l'empêchait de venir la voir. Ce qui la décevait encore plus c'était qu'elle aurait cru qu'Eleanor viendrait se confier à elle, qu'un lien maternel s'était tissé entre elles au fil des rendez-vous. Mais il faut croire que non. Elle imagina un instant Regina, qui était à peine plus jeune, enceinte et un frisson d'horreur parcourut son échine. Elle n'arrivait pas à comprendre pourquoi elle avait fait cela.

Cependant, elle n'eut pas le temps d'y réfléchir plus car la future mère s'écroula au sol sans doute épuisée par sa course. Malgré sa rancœur, elle se précipita à ses côtés et passa une main derrière son dos pour la soutenir. Elle ne pouvait pas l'abandonner alors qu'elle était au plus mal, pas après tout ce qu'elle et sa famille avaient fait pour elle.

« Écoutez Eleanor, je vais vous emmener chez moi pour que vous puissiez vous reposer un peu. Et ne baissez pas les yeux ainsi, ne vous ai-je donc rien appris au sujet de votre tenue ? »

Sans lui laisser le temps de répliquer, un épais nuage de fumée violette les encercla et bientôt elle se retrouvèrent dans une des chambres de l'immense demeure de la princesse. Cette dernière souleva la frêle adolescente et l'allongea sur le lit aussi délicatement que possible. Elle verrouilla aussitôt la porte pour que personne ne les dérange et sans rien ajouter elle imprégna un gant d'eau froide qu'elle tapota sur son front et lui tendit une douceur.

« Mangez un peu, vous savez courir ainsi dans votre état n'est pas conseillé. Qu'est-ce qui vous a pris ? » demanda t-elle un peu plus sèchement que prévue « D'ailleurs, je ne savais pas que tomber enceinte faisait partie de vos projets, vous ne m'en aviez jamais parlé. » ajouta t-elle sur le même ton.

Elle essayait de faire son possible pour faire preuve de tendresse, mais question affection Cora était bien loin de maîtriser le sujet. Elle n'en avait jamais reçu et ne savait pas en donner même quand il s'agissait de sa propre fille. Alors pour ne pas bloquer complètement l'adolescente elle continua d'éponger son front pour la rafraîchir. Une manière à elle pour lui dire qu'elle se souciait toujours de son bien être.

_________________
LOVE IS WEAKNESS

« Love is weakness. It feels real now. At the start, it always does. But it's an illusion. It fades, and then you're left with nothing. But power -true power- endures. And then you don't have to rely on anyone to get what you want. » ©️    sleeping ∆ monday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: My shame is so great ... How can you even look at me ? [Flashback / Eleanor & Cora]

Revenir en haut Aller en bas

My shame is so great ... How can you even look at me ? [Flashback / Eleanor & Cora]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [Disney Channel] The Great Mouse Detective - The Series (201?)
» The Great War en 10 mm : Armée allemande 1918
» Great Migrations sur NGC HD
» GTO(Great Teacher Onizuka)
» Great Teacher Onizuka
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forbidden Fruit :: The Fairytales Lands :: La Forêt Enchantée-